skip to Main Content

Le précurseur de la médecine préventive

Séries d'articles : Jean François Xavier Girod, le médecin aux mille et une vies

Jean François Xavier Girod choisit de former une équipe de médecins itinérants, secondés de praticiens résidents. Il leur transmet des techniques d’inoculation, apprises en Ecosse lors de ses rencontres avec les frères Sutton, d’Edimbourg. Ceux-ci sont reconnus comme les plus grands savants de la lutte antivariolique dans toute l’Europe du Nord, les techniques anglaises étant issues de pratiques ramenées d’Asie par Lady de Montagu, épouse de l’ambassadeur.

Le docteur Girod perfectionnera les méthodes d’inoculations par piqûres multiples, mieux adaptées à une rapide guérison, et moins traumatisantes que les incisions. Bientôt reconnu par ses pairs comme correspondant officiel de la Société royale de médecine, il transmettra des  mémoires sur les observations recueillies lors des campagnes épidémiques.

« Ce qu’il énonce dans ses mémoires, nous relate Croullebois, professeur à la faculté de médecine de Besançon en 1880, est examiné avec scrupule, décrit avec une précision et une vérité trop rare parmi les scientifiques de la fin du 18ème siècle. […]C’est à lui que revient  l’honneur d’avoir démontré le premier que la variole, communiquée par inoculation, protège infailliblement de la contagion naturelle.» Il ébauchera les premiers constats des principes d’immunité, confirmés et approfondis plus tard par Jenner puis Pasteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top